Conseil d'utilisation : ceci n'est qu'un blog. Mais sa présentation et sa mise en page sont conçues pour qu'il soit lu sur un écran de taille raisonnablement grande et non pas sur celui d'un ego-téléphone pendant un trajet dans les transports en commun ou une pause pipi. Le plus important restant évidemment d'écouter de la musique.

mercredi 19 février 2020

Meier - Hanes - Amberg Trio + CHROMB ! @Périscope [13/02/2020]





Le jeudi 13 février les petits Chromb ! investissaient pour la énième fois le Périscope afin de fêter la parution de leur quatrième album*. Un concert affichant complet, à nouveau haut en couleurs et finement exalté bien que Le Livre Des Merveilles s’annonce beaucoup moins orienté fête du slip et poilades à dada que ces prédécesseurs.

En première partie le trio Meier / Amberg / Hanes a fait preuve d’une vivifiante sauvagerie entre free jazz ludique et électricité débridée. En particulier le californien basé à Brooklyn Simon Hanes (ici à la basse et objets divers) s’est taillé la part du lion avec une prestation follement décomplexée. Amateur de free jazz et d’improvisation libre type AMM et Spontaneous Music Ensemble ce trio est fait pour toi et il vient de publier son tout premier album**.




























































* toutefois Le Livre Des Merveilles paraitra officiellement le 27 mars chez Dur Et Doux
** la quasi intégralité des photos prises lors de ce concert sont visibles par ici – sans oublier de mentionner que l’affiche est signée Brulex


lundi 17 février 2020

Welldone Dumboyz / Tombé Dans L'Escalier





Pourquoi crois-tu que de ma vie entière je n’ai jamais habité plus haut que le premier étage ? Et pourquoi crois-tu que depuis quelques années maintenant je me terre carrément au rez-de-chaussée d’un immeuble tellement laid – date de construction : juin 2000 –  qu’il ne me donne même pas envie d’en sortir ? Parce que j’ai peur. Et pas seulement peur de tomber, dans l’escalier ou ailleurs. La peur et la laideur sont précisément le fond de commerce des WELLDONE DUMBOYZ : c’est ce contre quoi ils luttent sans cesse, je suis sûr sans même s’en rendre compte, le plus naturellement (je veux plutôt dire « par nature » parce qu’à mon avis ceux là sont au contraire de sacrés bosseurs / monomaniaques mais de ça non plus ils ne se rendent pas compte, éventuellement parce qu’en fait ils s’en foutent complètement, c’est dire).
Trois types, donc, qui ne doutent de rien alors qu’ils n’arrêtent pas de se poser des questions. Comme de vrais amis, depuis tout ce temps. Ce qui fait d’eux le groupe le moins lâche et le plus libre que je connaisse. Peut-être qu’eux aussi ils ne sortent pas aussi souvent que cela de chez eux* mais c’est tout autre chose que d’habiter au rez-de-chaussée d’un immeuble sans vie. Il suffit d’écouter la musique du groupe, en fait. Ecouter tous les albums, les cassettes, CDr et j’en passe pour s’en persuader : les Welldone Dumboyz pourraient se contenter d’être un sacré bon groupe parmi tant d’autres – et plus ça va plus j’en connais des groupes tous plus meilleurs les uns que les autres – mais cela ne semble même pas les concerner. Encore un truc dont ils se moquent, j’imagine…
Tout comme ils doivent se moquer des inévitables comparaisons avec les Melvins qui auraient perdu leur trousse à pédicure et leur fer à friser sur une aire d’autoroute entre le HellFest et le Roadburn (ou inversement, moi je préfère me perdre un peu dans les dates et les lieux). Avec un sens de la densité peu commun répondant à cette équation délibérément bancale et vraiment simpliste mais je ne saurais en trouver de meilleure : riffage de malade + lignes de basse azimutées + batterie stalinienne = masse volumique mille fois supérieure à la pression artérielle d’un fan de Meat Loaf et de Divine (volume et paillettes). Y compris lorsque les Welldone Dumboyz se payent le luxe d’une introduction limite acoustique sur le morceau-titre, là juste au début de la seconde face du disque. Démarche sans vergogne que l’on retrouve tout à la fin, sur l’hilarant Bald Story, mais cette fois-ci poussée jusqu’au bout – toi aussi t’en voudrais de l’électrique ? et bien dis-toi qu’il existe bien des façons de passer à la chaise et d’en tomber lourdement (là aussi).
Plus j’écoute Tombé Dans L’Escalier et plus je reste estomaqué par la faculté du groupe à envoyer une musique aussi écrasante, aussi dense, faramineuse de détails, dégueulant de microsismologies appliquées, blindée de chant – trois voix sinon rien – et en même temps d’une vivacité, d’une lisibilité et d’une digestibilité à toute épreuve. Du bon gras, sain et nutritif, pétillant, pétulant, pétomane. De la surchauffe en veux-tu en voilà mais pas de surenchère, parce que la liberté ça n’a pas de prix, la bonne musique non plus d’ailleurs, sauf le prix d’un disque, éventuellement. Alors je veux bien parler de miracle. Oui il est miraculeux qu’autant de gras ne me boursoufle pas les transaminases, ne me déclenche pas d’épanchements bilieux et ne me déclenche pas une crise de foie non plus (en résumé). Avec Tombé Dans L’Escalier les Welldone Dumboyz me donnent en fait plutôt envie de roucouler jusqu’au bout de la nuit dans un four à gaz – cuisinière traditionnelle, cela va de soi – et de rôtir / caraméliser sur tous les côtés ce qu’il me reste de points de vie. Pour l’instant je me contente de transpirer comme une viande blanche et de me planquer sous le vieil escalier qui conduit à la cave. Je n’irai pas plus bas. Mais eux je suis certain qu’ils iront encore plus loin.

[Tombé Dans L'Escalier est publié en vinyle par 939K15, No Way Asso et Repulsive medias ; les superbes dessins recto et verso de la pochette de même que l’insert et les ronds centraux du disque sont l’œuvre du formidable Bertoyas – par contre mec, aussi formidable** que tu sois, tu devrais quand même mettre ton site à jour, hein]  

* et puisque j’en parle : les Welldone Dumboyz donnent parfois quelques concerts en extérieur, par exemple ils joueront à Lyon le samedi 7 mars à Grrrnd Zero en compagnie de Pauwels, de Mental Hygiene Terrorism Orchestra et de Hørdür, un plateau de choix généreusement mis à notre disposition par les gamins de Dirty Seven Conspiracy – inutile de te dire que j’ai été particulièrement ému à l’annonce de cette date et qu’évidemment j’y serai, peur ou pas peur 



** et en ce moment Bertoyas expose à la libraire Le Bal Des Ardents, Lyon 2ème

vendredi 14 février 2020

Sheik Anorak / CBG2


Moins c’est plus. C’est en tous les cas ce que semble penser SHEIK ANORAK qui un an après GBG1, un premier 12’ monoface de quatre titres fort réussi et très remarqué, a donné une suite logique à celui-ci avec un deuxième disque de même format, cette fois-ci intitulé GBG2. Dire que ces deux EPs complémentaires forment un tout cohérent et auraient pu être regroupés sur un seul et même album longue durée n’a rien d’une simple vue de l’esprit : même titre ou presque, même souci esthétique avec même type d’artwork minimaliste et même cohérence des couleurs, même beauté austère, même pochette plastifiée laissant apparaitre un beau vinyle transparent*… et puis aussi… même musique ? Oui et non.
Tout d’abord et au risque de me répéter on peut toujours et sans aucune difficulté reconnaitre la musique de Sheik Anorak, que celle-ci emprunte des accents très pop ou qu’elle flirte plus brutalement avec l’expérimental (je pense particulièrement au plutôt ardu Or, encore un disque monoface – tiens tiens – publié il y a presque cinq ans par Poutrage records). Le concert de Sheik Anorak auquel j’ai pu assister il y a quelques semaines allait d’ailleurs dans le même sens et m’a précisément plu pour cette raison là : très varié musicalement il possédait malgré tout un fil rouge, la musique gardant toujours ce caractère d’exigence et d’accessibilité et, surtout, laissant invariablement apparaitre le même sourire heureux sur le visage d’un musicien dont on pouvait sentir qu’il prenait un égal plaisir à explorer toutes les facettes possibles d’un projet toujours plus personnel. 






Avec GBG2 Sheik Anorak aborde le côté le plus électronique de sa musique. Je me rappelle qu’à une époque il s’était lancé dans un side-project purement electro du nom de Bless / Curse (projet semble t-il abandonné depuis) et que depuis cette expérience le musicien n’a cessé de construire des ponts entre son côté pop ou noisy et son côté digital – au même moment il avait également partiellement laissé tomber sa guitare, ses pédales d’effets et autres loopers au profit d’un chaos pad et d’un laptop. Incontestablement des titres tels que le très technoïde GBG et le lancinant Let Go sont issus d’une telle démarche. Sheik Anorak y explore une techno minimale mais toujours narrative : sur GBG un gimmick délicatement fleurissant couplé aux cliquetis de la pédale charley nous rappelle que rien ne devrait être impossible dès qu’il s’agit de donner intelligemment envie de bouger ; Let Go pousse cette logique encore plus loin et je trouve cette seconde composition instrumentale tellement réussie que souvent je me demande ce qu’elle donnerait entre les mains et les oreilles d’un DJ désireux de la remixer en version longue.
Mais il ne faudrait pas oublier non plus que Sheik Anorak est un chanteur et que chanter fait désormais partie intégrante de son mode de création et d’expression (alors que les tout débuts du projet étaient purement instrumentaux). Tout comme We Should Be All Feminists faisait figure de profession de foi sur GBG1, (Hetero)sexual Misconceptions éclaire GBG2 d’une lumière et d’une intensité similaires et nécessairement militantes. Plus loin Rhodium reprend pleinement à son compte l’efficacité mélodique et l’efficacité rythmique de la musique Sheik Anorak pour aboutir à ce qui me semble bien être l’une de ses meilleures compositions à ce jour – avec rythmes martelés, textures sombres, chant volontaire mais pourtant jamais envahissant, presque glacé, simplicité mélodique et trouvailles sonores en guise d’accroche-cœurs électrificateurs. Assurément un vrai tube pour amateurs de danse électrostatique sur permafrost. Je ne sais pas si le prochain disque de Sheik Anorak s’intitulera GBG3 ou autrement mais je l’attends dores et déjà avec beaucoup d’impatience.

[GBG2 est publié en vinyle par Araki records et Gaffer records]

* à ce sujet le label russe Noisy Forecast a édité une cassette regroupant CBG1 et CBG2 – l’écoute en continue de celle-ci est particulièrement bluffante  

mercredi 12 février 2020

Drose / Boy Man Machine +





Bon alors… Qu’est ce que j’ai bien pu foutre le samedi 23 novembre 2019 au lieu de courir à Grrrnd Zero pour assister à la date lyonnaise Drose ? Il est vrai que j’avais une très bonne excuse et que je ne regrette absolument pas mon choix mais… mais je continue de me demander comment ce groupe tellement mystérieux peut être en concert. DROSE est le projet de Dustin Rose et c’est sûrement lui le chef et le principal malade à l’origine de tout ce raffut puisqu’il lui a tout simplement donné son nom. Le petit Dustin joue de la guitare, chante, compose de la musique et bosse également comme ingénieur à l’université de Colombus / Ohio, plus précisément au Center For Automotive Research où pendant ses pauses café il joue de la musique et enregistre – c’est lui qui fait l’ingénieur du son et il est très doué – avec deux autres petits camarades : le guitariste Gregory Packet et le batteur John Mengerink. Il est même précisé que Boy Man Machine +, à ce jour le seul et unique album de Drose, a été pensé et enregistré pendant la conception d’une voiture de course et il semblerait que l’album incorpore des sons d’origine mécanique et autres décorations industrielles.
Ma détestation profonde pour les voitures, la vitesse, les machines et les projets musicaux trop conceptuels a vite été balayée par l’écoute de Boy Man Machine +. Je ne veux pas affirmer que cette musique est entièrement nouvelle, terrifiquement – oui c’est un anglicisme – originale et qu’elle a aucun équivalent ailleurs, que ce soit dans le monde organique des morts-vivants ou dans le monde mécanique des cyber-tronches. Mais elle me fascine par cette faculté à présenter un agrégat qui lui sonne comme neuf à mes oreilles, bien que combinant nombre d’éléments déjà entendus parce que déjà utilisés par ailleurs (noise, no-wave, indus, etc). Ce qui me semble réellement nouveau ou plutôt inédit, ce sont plus exactement les obsessions et les névroses de Dustin Rose qui possède le génie ou le courage – mais peut-être n’a-t-il pas d’autre choix et qu’une telle démarche rélève avant tout pour lui de la nécessité – d’avoir su les transcrire en musique et ensuite d’enregistrer cette musique là.
L’originalité du propos ne fait donc aucun doute et de la tourmente de Boy Man Machine + s’échappent quelques moments de pur chaos émotionnel tels que A Loss, Mechanical Is Lord, A Clay Mind et A Change qui forment une tétralogie presque parfaite. Personnellement je me fous quand même un peu (complètement) des obsessions de ce cher Justin et de Drose, je me fous carrément des explications techniques relatives aux conditions d’enregistrement fournies dans le gros livret de douze pages qui accompagne le disque et je préfère me focaliser sur ces grincements froids, ces chuintements articulaires, ces riffs répétés inlassablement, ces ryhtmes fracassés, ce chant improbable dont la seule chose que j’arrive à en dire c’est qu’il ne conviendrait certainement pas à tout autre forme de musique tant il pourrait s’avérer exaspérant. Et il l’est. Souvent. Tout comme parfois le disque se perd un peu trop dans son désir d’expérimentation à tout prix, sa claustrophobie maniaque et son enfermement de principe, devenant trop flou et informe à force de volontarisme artistique.
Enfin, Boy Man Machine + est un double LP et surtout il s’agit d’une réédition. Le premier disque reprend l’intégralité de l’album originel avec un nouveau mastering signé Carl Saff. Le deuxième présente trois inédits enregistrés à la maison par Dustin Rose : les conditions sont différentes et la musique logiquement sonne différemment, plus accessible ou en tous les cas plus équilibrée (dans le sens de moins tordue) mais, en contrepartie, plus maniérée / arty que jamais. Enfin viennent quatre titres tirés d’un premier EP de 2012 et également remasterisés par Saff. Le tout donne un très bel objet mais je n’en écoute que la première moitié c’est-à-dire l’album d’origine proprement dit : soixante-dix minutes au total pour une musique certes passionnante mais aussi intentionnelle c’est beaucoup trop alors je coupe la poire en deux siphonne le réservoir à moitié.

[Boy Man Machine + est publié en double vinyle emballé sous pochette stérilisée / antiradiations ou en CD avec boitier (presque entièrement) transparent par Computer Students, entre technologistes et rats de laboratoire on est fait pour bien s’entendre]